Le verre de tropical

Ça n’arrive qu’aux autres, mais pas à moi, jamais de la vie, je sais les reconnaître à des kilomètres.

Moi, tu ne peux pas m’avoir, je ne me laisse pas faire, figure toi que j’ai du caractère contrairement à d’autres.

[…]

J’avais entendu parlé de lui et de sa réputation … Mais sa beauté légendaire, lorsque je l’ai vu était tout ce que je voulais revoir.

Alors j’ai accepté de boire ce verre avec lui, après tout, c’est juste un verre, ça ne tue personne.

Après un long échange, il a su éteindre toutes mes craintes et me convaincre de m’engager avec lui.

Entre nous, il y a eu ce feeling, celui qui rend les choses évidentes.

Tout tournait tellement autour de nous, qu’il lui en fallait toujours plus.

Il m’avait demandé de couper les ponts avec mes copines, parce que c’était lui maintenant mon meilleur ami. Désormais, il voulait que je vois moins mes proches, parce que nous aimer nous prendrais du temps.

[…]

Il y a eu encore d’autre verres , puis pour moi ce verre de trop …

” Je suis ivre de toi “

” Non, tu es juste ivre d’alcool ! “

” Lâche moi tu me fais mal “

” Tu es chez moi ici, tu m’appartiens ! “

Je me suis retrouvé au sol à une vitesse, j’en ai certainement perdu toute ma lucidité. C’était certainement de ma faute, c’est moi qui le poussai à bout.

Mon sang, les hématomes, la douleur étaient atténués, lorsqu’il revenait à genoux me suppliant de lui pardonner. Il me rassurait que tout allait s’arranger, parce qu’il m’aimait et que j’étais sa femme, la femme de sa vie.

Il avait raison sur un point je lui appartenais, j’étais seule, car j’avais coupé les ponts avec mes amis et mes proches par amour pour lui. J’étais à sa merci, je n’avais que mon amour, mais jusqu’à quand, et pour combien de temps.

Je n’étais pas heureuse, mais je l’aimais. Il me frappait tellement que c’était pour moi sa façon de m’aimer. Moi, j’encaissais, j’en pleurai, c’était ma façon de l’aimer.

« C’est ça l’amour non ? Tout n’est pas toujours rose, mais c’est ça l’amour non ?! … »

J’ai essayé de me convaincre que notre amour était passionnelle, mais au fond de moi, je savais comment tout ça devait finir. Je n’avais plus de force, mais pour survivre, il devait quitter ma vie. Mais… comment pourrais-je vivre sans cet amour…

” Tu étais où ?!, tu as encore bu (en larmes) je t’en supplie ne recommence pas … lache-moi ! ”

Il venait de vider son verre, avant que je finisse encore une fois au sol, que je perde encore une fois du sang. Mais cette fois-çi, j’ai crié de toutes mes forces, je veux que tu sortes de ma vie, avant de perdre connaissance …

Et là, j’ai vu ma vie défiler, jusqu’à cette première fois où nous nous sommes rencontrés.

C’était déjà le verre de trop, lorsqu’il m’a prise par le bras, pour me retenir et me dire que tout le monde avait le droit à une seconde chance. Ce moment ou j’ai envoyé balader tous mes proches qui voulaient me protéger, couper les ponts avec ma famille qui ne me comprenait pas, parce qu’ils avaient déjà vu la fin de ce film.

Je ne voulais pas mourir sur ce lit d’hôpital, sans les voir, sans leur dire que je les aiment. Ce n’était pourtant qu’un verre disais-je, après tout ça ne tue personne…

Maintenant, je ne ressent plus rien, plus de douleur, mon âme repose certainement en paix.

Bena Kasaï

Auteur-Écrivain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s