Naïve

Je ne voulais que son bonheur, et je pensais que c’était réciproque.

Le feeling était bien passé, et je ne voyais pas ce qui pouvait nous arriver de meilleur. Je vivais simplement les meilleurs moments de ma vie.

Ce genre de feeling qui n’arrive jamais, voir tous les dix ans, cette confiance qui pourtant prend du temps à s’installer, était naturellement présente.

J’étais enfin moi, je goûtais enfin à cette chose si précieuse que ce monde et mon coeur désiraient ardemment; l’amour. Cet amour qui arrête le temps, et nous projette dans un futur éternel.

Je l’aimais lui, et tout ce qu’il me disait à l’oreille. Je n’entendais plus ce qu’on me disait à son sujet, les avertissements, tant que lui me parlait. J’étais sans doute aveugle et je n’avais que l’amour pour bouc-émissaire.

Si l’amour nous rend aveugle, c’est que nous sommes certainement en train de commettre une erreur.

Je tremblais, mon coeur était sur le point de me lâcher. J’avais comme un mauvais pressentiment, inavouable, ce mal-être et ce sentiment de vivre la fin du monde.

  • Vous êtes positif au VIH … Mais nous avons la possibilité ne ralentir le virus, et d’éviter qu’il évolue parce que nous l’avons détecté à temps.
  • Mme ?

Sans voix, sans un mot, mon monde venait de s’écrouler.

Le Docteur m’avait perdu, je n’étais plus moi-même. J’ai senti une pression écrasante sur mon corps entier, en entendant cette voix et cette nouvelle. Le regard vide, je ne comprenais rien hors mis que c’était fini pour moi. Ma vie était foutue, c’était simple, ma vie c’est arrêtée ce jour-là.

En larmes, je suis rentrée, je ne pouvais pas croire qu’il avait pu me faire ça. Naïve, peut-être, mais ça n’était pas le pire. Je ne pensais pas pouvoir haïr et aimer une seule et même personne.

J’ai souffert, j’en souffre encore, mais j’ai décidé de prendre mes distances sans lui dire un mot. Depuis, je me lève avec ça, je m’endors avec ça. J’ai changé physiquement, je flotte dans mes vêtements, en silence et seule dans ma honte.

J’ai tenté bon nombre de fois de quitter ce monde, je vis ma mort et à choisir, j’aurais préféré mourir !

J’en veux au monde plus qu’à moi-même, ma haine et mon amour grandissent ensembles. Je suis déjà morte une fois, alors j’ai décidé d’épargner ceux que j’aime de mon état de santé. Leurs réactions me tueraient une seconde fois.

Je préfère vivre et accepter seule que je suis séropositive.

Je m’endors avec ça, je me lève avec ça. J’ai longtemps ignoré ses appels, ses messages. Je meurs chaque jour à petit feu, je me mens la nuit mais le jour me rappelle la vérité.

J’ai besoin de comprendre, mais j’ai peur de la vérité.

Nous nous sommes revus, j’ai cru un instant qu’il y avait encore de l’amour. C’était sans compter sur ma haine, j’ai craqué lorsqu’il m’a avoué la vérité à l’oreille.

Si l’amour nous rend aveugle, c’est que nous sommes certainement en train de commettre une erreur.

Naïve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s