Entre parenthèses

Certains bilans se font seulement en fin d’année et selon les secteurs d’activités, mais le bilan de notre vie peut-être fait à tout moment.

Ce que l’on redoute le plus et ce qui peut-être effrayant, c’est de constater que rien a changé ou que les choses n’ont pas évoluées comme on le souhaite.

Ainsi, on préfère parler de tout, sauf de soi, de tout sauf de l’amour et de tout ce qui tourne autour.
Lorsque l’on peine à trouver la bonne personne ou lorsqu’on se rend compte de ne pas être avec la bonne personne, on a l’impression que le regard des autres est constamment sur nous. Selon notre tempérament, on fait mine de ne pas y prêter attention, ou on se braque et on argumente comme des politiciens en répondant par une question, ou en changeant de sujet.

Dénier cet état, refuser ce constat, c’est courir à sa perte. C’est comme être conscient de devoir prendre le temps qu’impose la réalisation d’un mémoire, mais de décider de s’en détourner par tous les moyens, tellement il y a du boulot à faire en nous-mêmes.

Alors, on préfère parler de tout, sauf de ce qui doit être changé pour améliorer notre situation, notre vie.

Il y a certaines choses que l’on refuse de changer, de peur de goûter à ce bonheur auquel on a cessé de croire, celui qu’on s’est juré de ne plus donner d’importance.

Le poids de nos erreurs, nous donnent des convictions qui nous empêche de vivre le plan de Dieu.

”L’amour n’existe pas, ce sont tous les mêmes, ce sont toutes les mêmes.”
”Tu verras, après la lune de miel, c’est plus pareil ! Vivre ensemble va leur ouvrir les yeux, tu verras…”

Les convictions liées à nos échecs, nous empêcherons de vivre.

Mettre sa vie entre parenthèses parce qu’une personne ou plusieurs d’ailleurs nous ont déçu, c’est mourir de l’intérieur, être le seul à en souffrir, le seul à se condamner, le seul à voir ou à refuser de voir le bonheur chez les autres.

Penche-toi sur ta vie, regarde en toi si rien n’a vraiment changé et accorde toi une seconde chance.
J’écris pour que les vies de ceux qui aiment lire, de ceux dont la vie a été mise au sol, au fond du trou, soit convaincu que l’amour est une discipline ou les efforts de deux personnes peuvent changer leur dessein et leurs destinées.

Bena Kasaï
Auteur-Ecrivain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s