L’ombre d’un doute

Face aux décisions les plus importantes de notre vie, notre conscience ne peut exclure le facteur risque, c’est inévitable, le choix de notre partenaire donne une nouvelle direction à notre vie et pour toujours.

Dès lors qu’il entre dans notre vie, il installe un décor, il inspire confiance ou non, l’eau devient douce ou amère.

Il y a des signes qui ne trompent pas, sa façon de voir la vie, sa vision de la famille, ses limites, sa notion de la fidélité, du respect, du pardon et sûrement d’autres points vitaux selon chacun de nous.

Le bonheur se construit sérieusement et exige de son partenaire qu’il soit autant sérieux et impliqué que vous l’êtes.

Ainsi, l’amour ne devrait pas étouffer notre intelligence, au point que l’on ne puisse plus être en mesure de discerner l’amour de l’aveuglement.

L’amour, c’est être conscient de son caractère et avoir la lucidité d’accepter ou non de vivre avec cela toute sa vie.

L’aveuglement, c’est ne pas voir, ou refuser de voir que son caractère et le mien ne sont pas compatibles, mais que l’opportunité d’aimer et d’être aimé ne se refuse pas.

Le choix du partenaire nécessite beaucoup plus de réflexion que nous pouvons le penser.

Il est vrai, l’Amour est un risque, le texte au même titre l’atteste, mais l’aveuglement nous conduit à la mort de nos sentiments, avant de s’attaquer à notre physique, en nous tuant à petit feu.

Le travail, la routine, les enfants et diverses autres activités n’y changeront rien, car une fois à l’arrêt, le confinement a mis en lumière dans bien nombre de couples la vérité sur leurs sentiments et la pauvreté de la connaissance de l’un et de l’autre.

La conviction grandissante de s’être trompé dans notre choix et en parallèle, vivre avec tous les indices d’une double vie.

Au départ nous étions juste confinés, c’était l’occasion de passer plus de temps ensemble…

« C’était qui au téléphone ? »
La question était pourtant simple, mais la réponse était tellement lente, qu’elle n’est au final jamais arrivé.

Avant que le doute ne s’installe, l’ombre se pointe souvent au début, ou lorsque vous êtes en confiance et si l’ombre du doute n’est pas ôtée, c’est que votre intelligence, votre intuition de départ s’est laissée étouffer par votre amour.

Au départ, vous aviez vu cette ombre…
À la fin, le risque n’est autre que d’être l’ombre de soi-même.

Réfléchissez bien avant de vous engager, demandez-vous ce que vous apporte cette relation, la paix intérieure ou le doute permanent.
Cela dit, il est normal et humain de douter, mais vivre dans le doute, c’est vivre avec un pacemaker.
Faites vous confiance, au fond de vous, vous savez ce qui est bon et ce que Dieu veut pour vous.

Gardez à l’esprit que ceux qui lisent aurons toujours un train d’avance sur ceux qui décident de foncer tête baissée.

Bena Kasaï
Auteur-Ecrivain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s